Cimetière - Unité pastorale « Les jardins »

Aller au contenu

Cimetière

Paroisses > Paroisse Saint-Rémi


Secrétaire responsable du cimetière
Claire Chalifoux
450-454-2133 poste 23

Heures d’ouverture : mardi et mercredi de 8h30 à 16h30


Notes historiques du cimetière de la Fabrique de la paroisse Saint-Rémi


A l’origine, le cimetière était voisin de l’église, au cœur du village. En 1887, le cimetière s’avérant trop petit, l’archevêque de Montréal suggéra à la fabrique de procéder à l’achat d’un nouveau terrain.

En 1889, la fabrique achète un terrain d’environ dix arpents pour le nouveau cimetière situé à l’extrémité de la rue Saint-André pour une somme de 2 500$. En 1970, le cimetière a été de nouveau agrandi pour prévoir les besoins futurs. En 2007, un nouveau plan cadastral a délimité les nouvelles concessions à louer de même que les anciennes concessions avec les changements de concessionnaires ou de dimensions.

En 1906, l’aménagement du nouveau cimetière est terminé et les premières familles peuvent y faire déplacer leurs monuments et les restes de leurs proches.

Parmi les nombreuses personnalités inhumées dans le cimetière, on compte celle de l’ancien premier ministre du Canada, l’honorable Pierre Elliot Trudeau, inhumé dans le charnier familial.

Croix de fer : (photo)

Le cimetière contient près de 30 croix de fer reconnues comme richesse patrimoniale par le Ministère des affaires culturelles à la fin des années soixante-dix. Cette particularité est un exemple quasi unique au Québec.

Ces croix sont le fruit du travail artistique des forgerons du village (vers 1900) qui les fabriquaient avec du métal recyclé dont des bandes de roues de charrette. Ces croix stylisées sont reconnues comme des œuvres d’art.  Ces croix étaient commandées par des gens qui n’avaient pas les moyens financiers de se payer un monument de granit.  


Nouvelle règlementation du cimetière :  
Le 22 août 2005, une nouvelle règlementation du cimetière a été adoptée suite à une étude de la rentabilité future des cimetières du diocèse. Cette étude concluait que la majorité des cimetières ne pourrait rencontrer à long terme leurs engagements financiers envers les concessionnaires. Cette nouvelle règlementation permettra maintenant d’assurer la rentabilité obligatoire en vertu de la loi et de rendre les services pour lesquels les concessionnaires ont payé.  Une copie papier du règlement est disponible pour les concessionnaires.    
Une concession  est un droit accordé par la fabrique à un concessionnaire d’utiliser soit un lot ou un carré d’enfouissement dans le but exclusif d’inhumer un corps ou des cendres.
La nouvelle durée du contrat  est de 99 ans.  La notion de « perpétuité » n’existe plus, de même que la notion de contrat à court terme.

Tarification en 2015 :
Le coût d’une nouvelle concession pour un cercueil est de 300$ et de 150$ pour un carré d’enfouissement.  Par contre, le coût de l’entretien à long terme varie selon les dimensions. Il existe des frais supplémentaires pour toute personne non-résidente sur le territoire desservie par la fabrique de Saint-Rémi.

Dimensions :
Les nouvelles dispositions du règlement du cimetière fixent la superficie des concessions de 2 places à une superficie de 64 pieds carrés (4’x16’) ou de 4 X 10 pieds carrés. Un carré d’enfouissement a une superficie de  16 pieds carrés (4’x4’).

Responsabilités du concessionnaire :
Le concessionnaire doit nommer un successeur et voir à l’entretien de son ouvrage funéraire. Il doit respecter les dimensions établies dans le règlement du cimetière. S’il y a vandalisme, le concessionnaire assume les réparations du monument.

Inhumation dans un cercueil d’acier :
Pour une inhumation dans un cercueil d’acier, le contrat ne doit pas venir à échéance  avant 25 ans.  Autrement, on demandera au concessionnaire de renouveler pour une période de 99 ans.

Abandon d’une concession :
Après un délai de 5 ans, la Fabrique peut reprendre la concession dont le contrat d’entretien n’a pas été renouvelé.


AVIS DE RECHERCHE
Liste des monuments érigés dans le cimetière Saint-Rémi et dont on ne peut retracer les descendants.
Si des familles se reconnaissent ou si des personnes peuvent fournir quelques indices, prière de contacter :

Claire Chalifoux, secrétaire, au 450-454-2133 poste 23.

Merci de votre indispensable collaboration.

Retourner au contenu